La cabriolet dont vous avez rêvé

Rover 3 litres

© Classic & Sports Car / Tony Baker

Seuls trois exemplaires de Rover 3 litres ont été transformés en cabriolet, dont un par… Henri Chapron ! Martin Buckley évoque leur histoire, tout en prenant le volant de cette conversion par FLM Panelcraft.

Que trois carrossiers différents aient envisagé au début des années 1960 une version décapotable de la Rover P5 montre à quel point un tel modèle était attendu. Ce luxueux cabriolet quatre places aurait pu séduire les acheteurs d’Alvis 3litres ou répondre à ceux qui ne pouvaient justifier uneBentley ou une Mercedes. Tout comme le prototype de break réalisé plus tôt (en réponse à la Humber Super Snipe), un cabriolet aurait pu agréablement élargir lagamme P5, voiture perçue comme magnifiquement construite et très raffinée, mais un tantinet ennuyeuse.

Cela dit, Rover parvenait à l’époque à vendre toutes les 3 litres que l’usine avait la capacité de produire; le constructeur bénéficiait de la reconnaissance royale (la préférée de la reine était une berline P5, puis une P5B) et pouvait orienter ses clients moins conventionnels vers le nouveau Coupé P5 à pavillon surbaissé. La future P6 2000 réclamant l’attention des ingénieurs et la production de Land-Rover tournant à plein régime, on peut imaginer qu’un cabriolet 3 litres ait pu être alors considéré comme un caprice inutile.

Bien qu’aucun de ces trois prototypes n’ait été fabriqué à l’usine, l’idée est venue au départ de chez Rover, à Solihull. Le constructeur a commandé le premier cabriolet 3 litres à Henri Chapron, choix logique puisque celui-ci transformait pour Citroën les DS en cabriolet. Il était donc habitué aux opérations réclamées par la dépose du pavillon d’une berline monocoque et la condamnation des portes arrière au profit d’éléments plus longs à l’avant. Les négociations se sont engagées via Franco Britannic Automobiles.

[…]

Acheter ce numéro