Entrée dans le monde moderne

Morris Ten - Vauxhall Type H

© Classic & Sports Car / Tony Baker

La Morris Ten et la Vauxhall Type H ont été les premières monocoques britanniques de grande série. Jon Pressnell leur découvre d’autres qualités, qui les ont fait entrer dans le monde moderne.

La modernité et l’industrie automobile anglaise ne faisaient pas très bon ménage au début des années 1930. Alors que la suspension avant indépendante était devenue la norme en Europe et que les structures monocoques, la traction avant et même les roues arrière indépendantes étaient de plus en plus fréquents, en Angleterre le client avait encore droit aux essieux rigides, châssis séparés, freins à câbles et soupapes latérales. Au moins Morris avait-il adopté les freins hydrauliques en 1931 et, en 1937, il était largement passé aux soupapes culbutées ; on ne pouvait guère en dire autant d’Austin, le concurrent archi-conservateur, sans même parler de Ford. En Angleterre, aucune voiture n’était capable de rivaliser avec le progrès technique de la Citroën Traction ou avec les Adler et DKW allemandes.

Cette situation a commencé à changer en octobre 1937, quand Vauxhall a achevé sa transformation en constructeur de grande série et a fait son entrée dans le plus vaste segment du marché avec sa toute nouvelle 10 hp Type H. Sans être à traction avant, elle offrait à l’acheteur britannique des caractéristiques modernes pour un prix abordable : soupapes en tête, freins hydrauliques, suspension avant indépendante et, surtout, c’était la première monocoque produite par un des six grands constructeurs anglais.

[…]

Acheter ce numéro