50 ans tout rond

Triumph Spitfire

Alors que l’anniversaire de la MGB fait les gros titres, une autre sportive célèbre a atteint son demi-siècle. James Page prend la direction des Alpes pour prendre le volant du tout premier exemplaire produit de Triumph Spitfire.

Quand on sait combien de Triumph Spitfire circulent encore sur les routes britanniques, Genève semble une destination lointaine pour prendre le volant d’un exemplaire. Il y a pourtant une bonne raison de faire le voyage : la Spitfire que vous voyez ici est la toute première de la série, sur les plus de 314 000 produites de 1962 à 1980. L’ouverture du capot révèle la plaque de châssis portant le poinçon « FC/1 ». Un certificat du British Motor Industry Heritage Trust confirme sa lignée : « Date de construction – 11 septembre 1962» ; « Destination – International Motor Show ». Ceci marque le commencement d’un des succès les plus durables de l’automobile britannique. C’est précisément cette voiture que Triumph a utilisée pour dévoiler le modèle au Salon de Londres et à Genève.

La gestation de la Spitfire a pourtant traîné en longueur. Les années 1950 ont été une décennie florissante pour les voitures de sport britanniques et, conformément au mot d’ordre « Exporter ou mourir » du gouvernement, des constructeurs comme Jaguar et MG se sont solidement établis à l’étranger, spécialement en Amérique. Triumph a pris part au mouvement grâce à ses TR. Le haut et le milieu de gamme étant suffisamment occupés, Austin-Healey a pris la concurrence de vitesse en lançant la Sprite en 1958. Avec sa nouvelle carrosserie monocoque et son moteur dérivé des modèles d’entrée de gamme du groupe BMC, la « Frogeye » était moderne et abordable. A l’occasion du remodelage radical de l’avant en 1961, une version MG – la Midget – a suivi.

[…]

Acheter ce numéro