Les fantômes des 24 Heures

Ford GT40 MkIII - Ford GT 2005 - Ford GT 2016

© Classic & Sports Car / James Mann

En exclusivité, nous réunissons deux générations de Ford GT et une sublime GT40 MkIII, voitures qui doivent leur origine aux 24 Heures du Mans. Mais laquelle choisir pour rentrer chez soi ?

Il existe évidemment des voitures plus rapides, plus belles et plus chères. Mais rares sont celles qui égalent le niveau d’excitation provoqué par ces trois machines, réunies pour la première fois de leur histoire. Nous sommes sur le circuit Ford de Dunton depuis à peine 5 minutes et essayons vainement à maîtriser notre enthousiasme, posant le nez sur les vitres de l’extraordinaire GT bleue toute neuve et observant les lignes superbes de sa devancière. Mais la troisième retient notre attention plus que toute autre : la GT40 MkIII.

L’histoire de la Ford GT40 a commencé par un coup de colère. Henry Ford II souhaitait acheter son entrée dans le monde de la compétition en versant de l’argent à Ferrari, mais l’opération s’est soldée par une brouille historique. Ford, énervé d’avoir payé le dîner sans même un remerciement, a mis tout son poids dans son projet Le Mans. Gonflé de son désir de revanche, il s’est adjoint les services des meilleurs ingénieurs et préparateurs de l’époque (Eric Broadley, Roy Lunn, John Wyer et plus tard Carroll Shelby) pour créer une légende de l’endurance née de la Lola GT exposée au Racing Car Show de 1963.

Malgré un échec fâcheux aux essais préliminaires du Mans 1964, avec deux voitures détruites, et une défaite embarrassante derrière Ferrari en 1965, la GT40 a fini par s’imposer. Le 4,7 litres a laissé place au V8 7 litres de la Galaxie et, en 1966, la MkII a remporté les trois premières places, Chris Amon et Bruce McLaren « volant » la victoire à Ken Miles et Denny Hulme qui avaient pourtant assuré le gros de la mise au point de la voiture. L’année suivante, c’était au tour de Dan Gurney et AJ Foyt et, en 1968 et 1969, à celui des voitures de John Wyer.

[…]

Acheter ce numéro