Sous pression !

Ford Sierra Cosworth RS500 - Ford Escort RS Cosworth

© Classic & Sports Car / John Bradshaw

Supercars pour tous les jours et stars en compétition, les Ford turbo spéciales d’homologation préparées par Cosworth sont aujourd’hui des classiques rares et recherchées.

C’était une affaire de chiffres. A l’époque, les propriétaires de Cosworth vous montraient le petit indicateur sous le tableau de bord où ils pouvaient demander facilement « 300, 400 ch » à leur machine turbocompressée, grâce aux puces électroniques spéciales, comme sur les versions course. On se demande comment leur vilebrequin de Pinto supportait ce régime.

Maintenant que les meilleures RS500 sont entrées officiellement dans le monde de la collection, les choses ont bien changé. « Standard »‘ et « d’origine » sont les nouveaux maîtres-mots, au lieu de la recherche d’une puissance accrue. Nous avons donc réuni la toute première RS500 et une des dernières Escort RS, pour comprendre comment la version Cosworth a évolué d’une spéciale d’homologation brute de fonderie à une compacte sportive civilisée, tout en dépassant au passage la barre des 100 000 €.

Vous pourriez penser que, basées sur une plateforme similaire, ces deux voitures devraient être assez semblables, mais pas du tout. Vous êtes assis haut et à l’étroit dans la Sierra qui affiche une allure plutôt agressive, remplie de prises d’air à l’avant, avec à l’arrière son volumineux aileron doublé d’un spoiler et accompagnée d’un carrossage légèrement négatif. Au volant, elle présente à la fois quelque chose de pointu à l’avant et de flou à l’arrière, avec un enthousiasme de machine de course prompte à se laisser entraîner dans un rainurage ; heureusement, la direction est plutôt directe. Dans sa personnalité et ses réactions, vous percevez un faible écho de la Cortina Lotus.

[…]

Acheter ce numéro