L’aventure d’une vie

Lagonda M45

© Classic & Sports Car / Malcolm Thorne

Quand, à 22 ans, David Hine a acheté cette superbe Lagonda M45, il ne se doutait guère que, plus de 50 ans plus tard, elle serait encore entre ses mains.

« Vous pourriez affirmer que cette voiture doit son existence à mon ancien professeur de métallurgie, » raconte David Hine à côté de sa Lagonda merveilleusement préservée. « En 1961, j’étais étudiant à l’Institut de sciences et technologie de Manchester et voulais une MG TD, mais mon père n’était pas d’accord, affirmant que les voitures de sport étaient trop dangereuses. J’étais déçu, jusqu’au jour où j’ai vu Doc Evans arriver au parking, dans un nuage de poussière, avec sa Lagonda M45R. Elle m’a plu tout de suite. »

Le père de Hine accepte que son fils fasse l’acquisition d’un tel modèle : « Elle ne correspondait pas à l’image d’une voiture de jeune homme, donc elle lui a sans doute paru plus sure et raisonnable. » En 1962, il s’offre donc une M45 T8 de 1934, tourer 4 places. « Je l’ai achetée 400 £, ce qui était sensiblement moins cher que la MG que je voulais à l’origine. C’était une belle voiture, et elle s’est fait connaître du Club Lagonda car j’ai pris part à des rallyes, tests chronométrés et concours. Je me suis fait à cette époque des amis très fidèles. »

En 1965, ses études terminées, Hine travaille chez Petrochemicals et occupe un poste qui, comme il le rappelle ironiquement, le force à se lever tard le soir ou tôt le matin. « La M45 était certes séduisante, mais particulièrement froide quand il fallait se rendre au travail en hiver, en traversant les landes de Carrington. » Souhaitant un peu plus de chaleur tout en restant fidèle à Lagonda, il pense à une voiture fermée. C’est à ce moment-là qu’apparaît « AMV 751 » : « J’ai vu une petite annonce dans le Manchester Guardian proposant une berline M45 de 1934 pour 100 £. Avec ma compagne Jill (nous venons de fêter nos 50 ans de mariage !), nous sommes allés voir la voiture à Drakelow Hall, au nord de Birmingham et j’ai proposé 90 £ au vendeur, Ian Stout, qui les a immédiatement acceptés. En y réfléchissant, compte tenu de la rapidité de sa réponse, j’aurais probablement pu offrir encore moins. »

[…]

Acheter ce numéro