Missiles de croisière

Maserati Ghibli coupé et Spyder

© Classic & Sports Car / Tony Baker

En réussissant à combiner des performances de supercar et l’opulence d’une berline de luxe, les superbes Ghibli reçoivent enfin la reconnaissance qu’elles méritent.

Le rêve de posséder une Maserati Ghibli fait partie de ceux dont je pensais qu’il pourrait, un jour, se réaliser. Après tout, elle est restée longtemps abordable, avec un statut qui est passé assez discrètement de celui de machine de play-boy (magnifiquement incarné par Maurice Ronet dans le film La Piscine où il dispute Romy Schneider à Alain Delon) à celui de dinosaure dépassé. La Ghibli n’est d’ailleurs pas si rare pour une voiture de ce calibre : 1 295 exemplaires en six ans, beaucoup plus que les Iso ou Monteverdi. En fait, la Ghibli a été la plus diffusée des Maserati V8 classiques : curieuse situation, où la voiture la plus chère de la marque était aussi celle qui s’est le mieux vendue.

Et pourtant, même quand il était au plus bas, ce coupé élégant, rapide et relativement abondant est toujours resté juste au-dessus des moyens financiers des amateurs de mon genre. Mais je ne devrais pas me plaindre car j’ai eu mon occasion manquée : un exemplaire fatigué mais respectable, à vendre 17 000 € il y a 15 ans. Un peu frustrant quand on considère les 243 500 € atteints par ce splendide coupé SS lors de la vente RM Sotheby’s de Londres, en septembre 2018.

[…]

Acheter ce numéro