Chevaux fous

Groupe B

© Classic & Sports Car / James Mann

Puissance élevée, adhérence de folie et performances ahurissantes : pas étonnant que les passionnés de rallye aient été fascinés par le Groupe B. James Mann les rejoint, après avoir rencontré certains de ceux qui entretiennent la flamme.

Certains épisodes d’une discipline laissent des traces encore longtemps après que les règles aient changé. En Formule 1, c’est la bataille entre Prost et Senna et, en endurance, l’affrontement Ford-Ferrari aux 24 Heures du Mans. Pour les rallyes, rien n’a jusqu’à présent surpassé le spectaculaire Groupe B.

Née en 1982 pour remplacer le Groupe 4, cette nouvelle catégorie était conçue pour attirer un plus grand nombre de constructeurs au Championnat du monde des rallyes. Il y avait plusieurs classes basées sur la cylindrée, et l’arrivée de la transmission intégrale a entraîné un nouveau style de pilotage, les dérapages du train arrière laissant place à des glissades des quatre roues.

La combinaison d’adhérence et de puissance très élevée grâce aux turbos a passionné des légions de spectateurs, dont la fascination pour ces voitures reste toujours aussi vive 30 ans après la disparition de la série, en 1986. Nous nous sommes rendus à Race Retro, à Stoneleigh Park, près de Coventry, un matin de février pour voir (et entendre) plus de 120 voitures en pleine démonstration. Parmi les stars se trouvait l’ancien Champion du monde Miki Biasion, dont la première victoire a été signée à bord d’une Lancia Delta S4, et les spectateurs ont pu vibrer une fois de plus au son déchirant de ces machines bestiales.

[…]

Acheter ce numéro