Avant que le félin ne soit apprivoisé

Jaguar XJ 220 prototype

© Classic & Sports Car / James Mann

Après avoir pris le volant d’un rare prototype XJ 220, Richard Heseltine découvre que la supercar Jaguar pouvait aussi présenter une personnalité féroce

L’environnement semble familier, c’est juste l’impression qui est différente. L’habitacle des supercars est souvent excessif, mais l’on se souvient de celui de la Jaguar XJ 220 pour son ergonomie presque parfaite. Il est également confortable et bien équipé et il ne manque aucun manomètre. Sauf qu’ici, c’est la seule XJ 220 que vous connaissiez qui affiche un avertissement sur le tableau de bord, en lettres Dymo : « Toute personne utilisant cette voiture sans autorisation le fait à ses risques et périls. » Rassurant…

Et pourquoi ces sièges de BMW Z1 ? Et cette planche de bord coupée de XJ6 ? Et où est le luxe de la XJ 220 ? Cette voiture ne correspond pas à vos souvenirs du modèle ; alors vous vous dites que c’est une réplique d’amateur. Pourtant, quand vous mettez en route, le choc sonore ne laisse aucun doute : c’est bien une vraie même si, comme sur le reste de la voiture, la marque est curieusement absente des caches arbres à cames.

C’est un prototype, avec tout ce que cela suppose. C’est aussi une machine de compétition, bien que stricto sensu elle n’ait jamais pris part à une course. Et comme si cela ne suffisait pas à son pedigree historique, il y a quelques années un désaccord sur sa propriété a provoqué six ans de procès. L’histoire du prototype 002 de la Jaguar XJ 220 n’a rien d’un long fleuve tranquille.

[…]

Acheter ce numéro