Les joies du sport

Austin-Healey 100 M - Jaguar XK120 - MGA Twin Cam - AC Ace Bristol - Triumph TR3 A

© Classic & Sports Car / Will Williams

Une fois l’austérité oubliée, les automobilistes britanniques ont eu droit dans les années 1950 à une large gamme de sportives à la personnalité forte. Mais aujourd’hui, comment faire son choix parmi ces séduisantes anglaises ?

Les années 1950 sont maintenant très loin derrière. La Jaguar XK120 a été conçue il y a 70 ans et même la plus jeune des sportives anglaises rassemblées ici a l’âge de la retraite. C’était l’époque des saute-vent, des freins à main « fly-off » et des premières non synchronisées ; un époque où une « vraie » sportive était un roadster deux places doté d’une protection sommaire contre le mauvais temps. Une voiture minimaliste qui dépassait 150 km/h, plaisait aux filles le samedi soir et pouvait participer sans rougir à une petite course de côte le dimanche matin.

Je n’ai jamais compris pourquoi l’Angleterre, île humide et venteuse, s’était fait une spécialité de ces machines spartiates, mais je suspecte que les racines masochistes de cette situation reposent sur les supposés bénéfices de « l’air frais pour la santé « . Pourtant, en regardant ces voitures, vous ne pensez qu’à des images de journées ensoleillées, de bière fraîche, de pique-niques et d’étés chauds, pour une population qui, au lendemain de la guerre, revenait à la vie.

Mais à cette époque, pour la plupart des acheteurs anglais, la propriété n’est encore qu’un rêve. Tout ces voitures (à l’exception peut-être de l’AC Ace) sont conçues en réponse à la politique « exporter ou mourir » de Sir Stafford Cripps : des produits destinés à attirer les dollars provenant d’un marché nord-américain qui est tombé amoureux de ces cabriolets à deux places.

[…]

Acheter ce numéro