Puissance fluide

Bentley Continental Type R - Bentley Continental R

© Classic & Sports Car / James Mann

Aujourd’hui, la superbe Bentley Continental Type R vaut environ 20 fois plus que la Continental R qu’elle a inspiré. Mais est-elle pour autant 20 fois meilleure ?

Au Salon de Genève 1991, le lancement de la Continental R semblait traduire le renouveau de Bentley en tant que marque totalement distincte de Rolls-Royce ; mais en fait, c’était plutôt la fin du commencement. A 1 654 470 francs, elle n’était pas seulement la voiture de série la plus chère du monde, mais aussi une des plus belles (en tout cas dans le domaine des grands coupés). Ce qui aurait pu être un monstrueux symbole statutaire s’est révélé une voiture élégante et fluide, rappelant avec succès les impressions laissées par les plus belles Continental commercialisées 30 ou 40 ans plus tôt.

Elle était évidemment très rapide. Avec 325 ch, la R passait de 0 à 100 km/h en 6,6 s et atteignait 233 km/h en pointe (avec limitation de la pression turbo). Si l’on en croit les commentaires dithyrambiques de l’époque, aucune voiture aussi imposante n’était jamais allée aussi vite, avec un comportement d’une telle qualité. Première Bentley depuis les années 1960 à ne pas partager sa carrosserie avec une Rolls-Royce, elle affichait une ligne d’une simplicité trompeuse : musclée sans être agressive, elle assumait ses 5,18 m et 2,4 tonnes avec une certaine légèreté et ne semblait absolument pas démodée quand elle a disparu du catalogue, en 2002.

[…]

Acheter ce numéro