Du sport pour l’Amérique

Mercedes 190 SL - Chevrolet Corvette C1

© Classic & Sports Car / Jack Phillips

Au milieu des années 50, General Motors et Mercedes se sont attaqués aux sportives anglaises avec des cabriolets qui ne manquaient pas de style. Mais leurs performances étaient-elles à la hauteur ?

Il existe des voitures de sport qui ne sont pas faites pour rouler vite ni bouleverser les chronos. Elles ne doivent pas être brusquées car elles ne sont pas conçues pour arriver vite à destination, mais avec élégance; et c’est tout aussi vrai aujourd’hui.

Même à leur époque, la Mercedes 190 SL et la Corvette C1 voyaient le qualificatif « sportives » remis en cause par les essayeurs des magazines spécialisés. Road & Track titrait l’essai d’une Corvette 1954 : « S’agit-il bien d’une voiture de sport ? » Un commencement gênant pour la première vraie tentative américaine de, justement, en produire une.

Ces deux voitures devraient sans doute être plutôt qualifiées de grandes routières, et c’est d’ailleurs sur ce plan qu’elles font merveille. Imaginez-vous en balade sous le soleil californien, et elles seront difficiles à égaler.

Pourtant, ce sont bien des voitures de sport ; elles étaient présentées comme telles et ont même été vues en compétition. La C1 a joué un rôle prépondérant dans la carrière du grand Mark Donohue, et une 190 SL a remporté les 5 heures de Macau pour voitures de sport, entre les mains de Doug Steane. General Motors a pourtant annoncé d’emblée que sa C1 n’était pas faite pour la compétition ; et pour ceux qui voulaient une Mercedes de course, la 300 SL était le modèle adéquat, même s’il était possible de commander une 190 SL avec saute-vent en plexiglas, sans pare-chocs ni capote. C’est ce qu’ont fait 17 clients désireux de s’engager en compétition.

[…]

Acheter ce numéro