La prolifique héritière

Mazda MX-5

© Classic & Sports Car / Will Williams

En 30 ans, la Mazda MX-5 a complètement éclipsé les sportives anglaises qui l’ont inspirée, pour devenir le cabriolet préféré des amateurs du monde entier.

Je n’aurais jamais pensé voir l’Angleterre remporter un jour une Coupe du Monde (quelle qu’elle soit). Je n’aurais jamais cru que le groupe Oasis, qui a bercé ma jeunesse, puisse éclater et disparaître. Et dans les années 1990, je n’aurais jamais imaginé que la Mazda MX-5 puisse être un jour considérée comme une classique. Elle était trop neuve, trop moderne, trop parfaite, avec ce naturel dont les voitures japonaises ont le secret. Elle montrait une absence de faiblesses et de défauts qui, pour moi, la rendait d’une certaine façon moins intéressante que les sportives anglaises imparfaites qu’elle cherchait désespérément à imiter. Comme un John McEnroe sans les invectives à l’arbitre.

Bien sûr, j’avais tort (sur les trois certitudes). Si j’avais retiré mes œillères d’avant 1972, j’aurais vu la MX-5 pour ce qu’elle était vraiment : une réinterprétation élégante, bien fabriquée et, surtout, plaisante du cabriolet traditionnel, une héritière évidente de la MGB et, donc, la future classique abordable de la prochaine génération. Alors qu’elle connaît aujourd’hui sa 30e année et sa quatrième génération, plus de 1 000 000 d’exemplaires ont quitté l’usine de Hiroshima, ce qui en fait le cabriolet deux places le plus diffusé de tous les temps. Celle qui a connu le succès le plus important est de loin la première génération NA, une voiture qui est apparue en 1989 au Salon de Chicago et qui, à elle seule, faisait renaître un segment de marché qui avait pratiquement disparu avec l’extinction de British Leyland.

[…]

Acheter ce numéro