Cord 810 Beverly

Vibrante Cord !

© Classic & Sports Car / John Bradshaw

L’étonnante Cord 810 n’a rien perdu de son magnétisme, 80 ans après son lancement. Elle a malheureusement souffert de défauts de jeunesse.

  • © Classic & Sports Car / John Bradshaw
Acheter ce numéro

Dans les années 30, les stars de cinéma comme Johnny Weissmuller, Al Jolson et Clark Gable se laissent séduire par les Cord « coffin-nose » [capot en forme de cercueil]. Le magnat Howard Hughes est sans aucun doute fasciné par les nouvelles technique qu’elles incarnent. Tom Mix, star du western, installe un porte-fusil dans son phaéton jaune à compresseur, mais se tue dans cette même voiture en 1940 en voulant éviter des travaux, sur une route de l’Arizona. En 1951, 15 ans après l’arrêt de la production, la Cord 810 est qualifiée par le Museum of Modern Art [Moma] de New York comme une « contribution américaine exceptionnelle au design automobile ».

Dans les années 50 et 60 le mythe refuse de disparaître : un nouveau magazine de passionnés, Road & Track, fait l’éloge de la Cord dans un essai, soulignant la stabilité et la tenue de route d’une voiture âgée de presque 20 ans et qui peut en remontrer à ses compatriotes plus modernes.

Plus largement, Ian Fleming est un admirateur et équipe le collègue américain de James Bond, Felix Leiter, d’une Cord dans Vivre et laisser mourir. L’écrivain anglais James Leasor possède un cabriolet à compresseur et s’arrange pour que son héros, Dr Jason Love, utilise la même voiture dans ses livres et dans son film de 1966, Passeport pour l’oubli. A cette époque, le modèle a déjà inspiré la première d’au moins deux répliques, et les Cord 810 et 812 sont collectionnées et préservées bien avant que le mot « classique » devienne un adjectif appliqué à l’automobile.

Les 810 et 812, la deuxième étant une version légèrement améliorée arrivée en 1937, sont produites pendant 19 mois, de janvier 1936 à août 1937, totalisant 2 320 exemplaires. La plupart sont des berlines Westchester ou, plus haut de gamme, Beverly, équipées d’une sellerie plus luxueuse et d’accoudoirs.

Bien entendu, le phaéton et le cabriolet deux places sont aujourd’hui les plus recherchés, en particulier en version à compresseur avec leurs tubes d’échappement extérieurs chromés. Mais d’une certaine façon, c’est la conduite intérieure qui semble la plus fidèle au concept d’origine, une berline « routière » américaine étrangement en avance sur son temps.

[…]

Acheter ce numéro