Car Racing 1967

Les archives de l'agence DDPI

© Classic & Sports Car / DDPI

Créée en 1965, l’agence photo DPPI est née de la passion d’une poignée d’hommes pour la photographie et l’automobile. Elle recèle dans ses archives des trésors inexploités, des images uniques de courses automobiles jamais publiées. 

  • © Classic & Sports Car / DDPI
Acheter ce numéro

En 1967, sur le circuit de Zandvoort aux Pays-Bas, l’écurie Lotus fait sensation avec la Lotus 49 et son moteur V8 Cosworth porteur. Ce moteur était le fruit d’une stratégie imaginée par Keith Duckworth, un des créateurs de Cosworth et Colin Chapman, fondateur de Lotus. Objectif : concevoir une F1 rendant obsolète les réalisations précédentes. Stratégie si convaincante que Walter Hayes, membre du conseil d’administration de Ford, n’hésita pas à en assurer le financement à hauteur de 100 000 £. Il allait de soi que le futur moteur de F1 porterait le nom de Ford. À cette époque, Cosworth, fondée en 1958, jouissait déjà d’un solide renom grâce à de probants résultats. Dévoilée donc au G.P. des Pays-Bas 1967, la Lotus 49 à moteur Ford-Cosworth DFV fit immédiatement sensation. Contrairement aux autres F1 de l’époque, la plupart à moteur V12 arborant de spectaculaires tubulures d’échappement au-dessus des culasses, elle affichait un aspect extrèmement dépouillé. Une simplicité de conception trompeuse. Graham Hill baptisa brillamment la Lotus 49 en la qualifiant en pôle position. Après quoi Jim Clark mena la sienne à la victoire. Coup d’essai et coup de maître ! Le DFV devait accomplir une carrière unique, inégalée dans toute l’histoire de la course automobile. Au total, il cumula 12 titres de champion du monde à travers 176 victoires, la dernière par l’italien Michele Alboreto (Tyrrell) au G.P de Détroit 1983. Mais c’était pour mieux rebondir puisque son descendant direct, le Cosworth type R, toujours un V8, propulsait en 1994 la Benetton de Michaël Schumacher, champion du monde.

[…]

Acheter ce numéro