« Soudain, nous sommes en 1935, l’équipe Aston roulant vers le circuit du Mans »

Aston Martin Ulster

© Classic & Sports Car / Tony Baker

Mick Walsh prend le volant des trois Aston Martin d’usine de Nick Mason, dont l’une des sept ayant participé aux 24 Heures du Mans, ainsi que l’Ulster qui a terminé troisième.

Rouler en voiture ancienne, c’est bien. Mais le faire dans un groupe de machines similaires, c’est encore plus excitant. Par une journée froide et brumeuse de décembre, la vue spectaculaire de quatre Aston Martin Ulster roulant en convoi nous replonge dans les routes des années 1930. Ce glorieux ensemble filant de concert, précédé du pinceau jaune des phares perçant la brume matinale, pourrait être celui qui se rendait sur le circuit Mans, en juin 1935. Notre groupe historique comporte deux Aston qui ont fait partie de cette équipe de sept, dont l’Ulster la plus célèbre de toutes, LM20, que les deux Charles — Martin et Brackenbury — ont amené à la troisième place au classement général, avec la victoire en catégorie 1 500 cm3. La fiabilité des voitures de Feltham était telle que six d’entre elles (dont quatre entre les mains d’amateurs) ont réussi à terminer la course.

Alors qu’au départ des 24 Heures les Alfa imposent leur rythme, les Aston se battent contre leurs rivales Riley et Singer, Clifton Penn-Hughes (LM19) pointant à la neuvième place et Martin à la dixième. The Autocar rapporte « une bagarre à couteaux tirés » sous la pluie battante. Alors que la nuit tombe, on apprend qu’une Ulster est sortie de route à Maison Blanche, éjectant son pilote. Par bonheur, Thomas Forthringham-Parker ne souffre que de quelques contusions, mais LM19 est éliminée.

[…]

Acheter ce numéro