L’héroïne américaine

Scarab Mk1

© Classic & Sports Car / Luc Lacey

Il a fallu attendre la fin des années 1950 mais, avec la belle Scarab, un puissant moteur V8 américain a pu enfin vaincre l’élite européenne.

L’histoire du sport automobile est pleine de « si ». Si la légendaire Scarab était arrivée en Europe avant la limitation FIA à 3 litres pour la saison 1958, aurait-elle remis en cause l’ordre établi ? Malheureusement, avant même que le premier châssis soit prêt, le rêve du playboy Lance Reventlow s’est heurté au nouveau règlement. La vieille ambition américaine de gagner de l’autre côté de l’Atlantique allait devoir attendre la GT40 d’Henry Ford.

L’ère des grosses barquettes d’endurance, dans le cadre du Championnat du monde, a atteint son apogée en novembre 1957 à Caracas, mais ces machines impressionnantes (Ferrari 335 et Maserati 450 S, ainsi qu’une série de spéciales artisanales) ont couru aux États-Unis l’année suivante contre la nouvelle voiture de Reventlow. La saison va connaître son point fort lors d’une épreuve spectaculaire qui s’est déroulée en Californie et a confirmé l’étonnant potentiel de la Scarab.

Une fois les problèmes de jeunesse réglés par l’équipe talentueuse de Reventlow, les Scarab à moteur V8 Chevrolet sont en 1958 les attractions majeures des courses américaines. Ces beautés bleu métallisé remportent victoire après victoire entre les mains de l’ingénieur Chuck Daigh et de Reventlow (âgé de 21 ans). Malgré cette domination, Reventlow est sans doute déçu que ses voitures ne puissent pas se battre en Europe, où d’autres Américains (comme Briggs Cunningham) ont échoué.

[…]

Acheter ce numéro