Commençons par le commencement…

Aston Martin A3 1921

© Classic & Sports Car / Tony Baker

Premier journaliste à prendre le volant, depuis sa restauration, de la plus ancienne Aston Martin encore en existence, James Elliott part sur les lieux où est née la marque.

Il existe une grande variété de noms de voitures reposant sur celui d’une victoire en course — Porsche Carrera, Ferrari Mondial ou, dans une moindre mesure, Daytona — mais rares sont les marques elles-mêmes dont le propre nom provient d’une victoire. Et une seule le doit à une obscure course de côte organisée près d’un village britannique. Grâce aux prouesses de Lionel Martin et à la suggestion de son épouse Kate que sa nouvelle entreprise automobile pourrait porter le nom de sa course favorite, c’est exactement ce qui s’est produit pour créer une des marques automobiles les plus admirées du monde.

Aujourd’hui, le nom Aston Martin fait partie de l’univers automobile et nous semble naturel et familier. Mais il y a un siècle, il pouvait paraître un peu pervers de penser que la brève course de côte d’Aston Clinton, comportant un virage à droite à 30° sur une bosse en aveugle et un large gauche, allait être à la base d’une création d’une telle ampleur.

Pour célébrer le centenaire de cette véritable institution britannique, nous sommes retournés aux sources. Pas à l’adresse londonienne de Henniker Place, où Bamford & Martin avaient établi leur garage pour Singer améliorées, mais à Aston Clinton, où la gloire du fondateur a donné naissance à une légende. Et quoi de mieux pour attaquer la côte que l’Aston Martin la plus ancienne du monde, la seule survivante des prototypes originaux fabriqués par le chef mécanicien Jack Addis ?

[…]

Acheter ce numéro