Hors-série « Sportives accessibles » :
Triumph GT6

La Type E de Triumph

© Classic & Sports Car / Tony Baker

Alors que l’élégante Triumph GT6 célèbre ses 50 ans, James Page réunit les Mk1, 2 et 3 pour comprendre pourquoi cette voiture équipée d’un attrayant six-cylindres est encore un excellent achat.

  • © Classic & Sports Car / Tony Baker
Acheter ce numéro

Bien qu’ayant donné le jour à une large gamme de modèles produits en grande série, Triumph a toujours suivi une voie particulière. Bien sûr, ses voitures constituaient pour beaucoup une réponse à MG, son grand concurrent. Là où Abingdon avait les Midget, MGB et MGB GT, Triumph mettait en avant les Spitfire, TR4 et GT6. Et même si les deux constructeurs utilisaient sans vergogne les composants équipant déjà des modèles plus modestes, Triumph procédait de façon un peu différente.

La lignée des Spitfire et GT6 était issue en grande partie de l’Herald, lancée en 1959. Son architecture à châssis séparé était déjà dépassée lors de son lancement et sa suspension arrière à demi-essieux oscillants n’était pas idéale pour les futures déclinaisons sportives. Malgré cela, l’ingénieur Harry Webster était convaincu qu’un petit cabriolet basé sur cette plateforme constituerait une concurrente efficace pour l’Austin-Healey Sprite, si bien qu’il demandait à Giovanni Michelotti de créer un prototype dont le nom de code était « Bomb ».

Malheureusement, le projet était mis en sommeil à cause d’une des crises financières dont Triumph avait le secret, mais il ressortait en 1961 sous l’impulsion circonspecte de Leyland. La Bomb était transformée en Spitfire en un temps record pour un lancement en 1962, l’esprit fertile de Webster réfléchissant déjà à la façon de mettre au point une version coupé.

Ayant suggéré l’idée en août 1963 lors d’une réunion du conseil, Webster retournait chez Michelotti et lui demandait de réaliser une voiture qui reprenne le plus grand nombre possible de panneaux de carrosserie de Spitfire. Le résultat était élégant, magnifiquement proportionné et, grâce au hayon arrière, étonnamment pratique.

[…]

Acheter ce numéro